Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

FOLLE: premier & dernier photorécit de Nathalie

Publié par Nathalie sur 26 Avril 2013

FOLLE:  premier & dernier photorécit de Nathalie

J'avais envie de parler ! Écrire, écrire, c'est bien beau, mais une grand' yeule comme moi, ça a besoin de s'exprimer par le verbe et par le geste... Bon trêve de plaisanteries, c'est une petite confidence à saveur de rétrospective. Mais l'expérience s'est avérée beaucoup plus exigeante que je ne le croyais, et bien que je sois en vacances, le temps d'écran m'est comptée ! Certains diront: tu peux faire plus simple, ça s'ra moins long...

Ouain... En tout les cas, j'ai dû me résoudre à tourner les coins ronds. Donc ça fini en queue de poisson ! Veuillez m'en excuser, mais je tenais à finir avant de partir ! Demain nous nous envolons vers l'Inde, un nouveau pan à notre aventure. Pour ceux qui s'inquiète de notre silence radio des dernières semaines: nous n'avions que trois semaines pour parcourir la Thaïlande. Nous avons donc adopté le pas de course, et peu de temps pour raconter nos journées . Mais nous avons fait provisions de photos et nous prendrons un peu de temps pour vous raconter le tout dans les jours prochains.

Pour la suite, vous n'avez qu'à copier-coller cette adresse

http://www.youtube.com/watch?v=E9dSKJ7FhGA&feature=youtu.be

(comme je ne réussis pas à mettre une boîte pour le lien, qu'il est presque 2 heures du matin, que tous ceux qui pourraient m'aider ici, dorment profondément, on va faire ça simple: un peu de scrapbooking moderne, on sélectionne le lien youtube, on fait ctl C, puis ctl V dans la case à adresse de la fenêtre, juste en haut... en tout cas, vous savez sans doute tous comment le faire sauf peut-être 2 ou 3 personnes que je ne nommerai pas ici... )

On s'embarque donc pour un p'tit quatre minutes, moi avec ma folie et mes rêves, vous avec votre indulgence et votre sourire...

À +

On me dit que le doute, c'est l'bon dieu qui clignote, mais ma foi est solide comme une chandelle

Fred Pellerin

Commenter cet article