Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La guerre, la guerre, c'pas une raison pour se faire mal... (la suite)

Publié par Richard sur 8 Février 2013

La guerre, la guerre, c'pas une raison pour se faire mal... (la suite)

La deuxième visite sur le même thème : les tunnels de Ben Duoc. Il y a aussi les tunnels de Ben Dihn, moins chers, extrêmement touristiques, où les autobus débarquent par dizaines. Pour vous dire, les tunnels ont été élargis afin que les Américains puissent les visiter eux aussi! À Ben Duoc, peu de touristes, nous étions en tout je dirais environ une vingtaine de touristes sur le site. Notre guide était super sympathique et plein d’humour. Ici, moins de propagande anti-américaine, seulement la vie des insurgés et l’organisation de leur société dans les tunnels afin de mener leur guerre de guérilla contre l’envahisseur étranger.

La guerre, la guerre, c'pas une raison pour se faire mal... (la suite)

Les viêt-cong n'avait aucun explosif à leur disposition, les armements qu'ils recevaient de l'URSS consistait en des fusils et des balles essentiellement. Pour fabriquer leurs mines anti-char ou anti-personnelle, ils devaient récupérer les bombes américaines non explosées, les scier (sans qu'elles n'explosent) puis récupérer la poudre noire qu'elles contenaient. Opération pour le moins délicate! Mais ce n'était pas la matière première qui manquait malheureusement...

Dans la région de Cu Chi, il y a eu environ 250 km de tunnels de creusés, à raison de 2m par jour pour un homme, faites le calcul. Il y avait trois niveaux de tunnels, à 3m, à 6m et à 9m de profondeur, avec des tuyaux d'aération confectionnés à l'aide de bambou et camouflés dans de fausses termitières. La fumée de cuisson passait dans plusieurs chambres remplies de mousse avant de rejoindre la surface de sorte qu'elle devenait tout à fait invisible et indétectable pour les G.I. qui recherchaient les cachettes des insurgés. Je pourrais vous en parler pendant des heures, c'était vraiment fascinant...

Des bombes non explosées ramassées puis vidée de leur composantes...Des bombes non explosées ramassées puis vidée de leur composantes...

Des bombes non explosées ramassées puis vidée de leur composantes...

La guerre, la guerre, c'pas une raison pour se faire mal... (la suite)

Les explications étaient claires et concrètes, en effet, rien de tel que de s’accroupir dans un tunnel de 60cm de large par un mètre de haut sur une longueur de 10, 20 ou 30 mètres pour ressentir la vraie affaire! Quoique… les tunnels sont maintenant équipés de petites lumières électriques à tous les 4 mètres environ. Une seule portion d’un des tunnels devait se faire dans le noir complet, toute une expérience pour Nicolas qui l’a fait bravement! Et tout ça, sans parler des petites bêtes que nous y avons rencontrées… Espèces d’araignées hideuses avec le corps de la grosseur d’un 2 dollars, chauve-souris que nous dérangions dans les tunnels et qui tentaient de s’enfuir en fonçant vers nous, puis tournant les talons à quelques centimètres de nous pour s’enfuir vers l’autre bout du tunnel puis derechef de retour vers nous… faisant sans cesse ces allers-retours et virant de bord à quelques centimètres de notre visage, du mien en fait puisque j’ouvrais la marche. Il faut dire que ma tête frôlant le plafond, il n’y avait pas de place pour qu’elle passe au-dessus de moi!

Quelques unes des  petites bêtes rencontrées... et les tunnels... et les salles...
Quelques unes des  petites bêtes rencontrées... et les tunnels... et les salles...
Quelques unes des  petites bêtes rencontrées... et les tunnels... et les salles...
Quelques unes des  petites bêtes rencontrées... et les tunnels... et les salles...
Quelques unes des  petites bêtes rencontrées... et les tunnels... et les salles...
Quelques unes des  petites bêtes rencontrées... et les tunnels... et les salles...
Quelques unes des  petites bêtes rencontrées... et les tunnels... et les salles...
Quelques unes des  petites bêtes rencontrées... et les tunnels... et les salles...
Quelques unes des  petites bêtes rencontrées... et les tunnels... et les salles...

Quelques unes des petites bêtes rencontrées... et les tunnels... et les salles...

La guerre, la guerre, c'pas une raison pour se faire mal... (la suite)

C’en était trop, beaucoup trop pour Éloïse qui la première a vu une chauve-souris prendre son envol juste devant elle, c’est avec grand peine et non sans essuyer plusieurs cris et crises de larmes que nous l’avons fait sortir du tunnel et par la suite, elle ne voulait plus entrer dans les autres, excepté un seul, très court qui débouchait sur un vaste bunker d’environ 4m par 7m avec un plafond de à 2m de haut.

L’ingéniosité et le savoir-faire des Viêt-Cong dans la fabrication, le perfectionnement et la transformation de leur milieu de vie pour survivre au pilonnement incessant de cette région par les bombardiers B-52 américains a finalement eu raison des belligérants étrangers, mais à quel prix? 440 000 Vietnamiens y ont laissé leur vie (seulement dans cette région de Cu Chi) pendant les 24 ans que cette guerre d’indépendance a duré. Nous avons vu un film d’archives (très daté, il faut le dire) tournée à Cu Chi avant la guerre. Cette région était le garde-manger de la capitale (Saïgon), des arbres fruitiers centenaires, des champs cultivés etc… Aujourd’hui, il n’y a pas un arbre plus gros que 20 cm de diamètre, tout ayant été rasé par les bombardements.

La guerre, la guerre, c'pas une raison pour se faire mal... (la suite)

Pour conclure, ces mots de notre guide, un homme doté de sensibilité et d'humanisme avec qui nous discutions Nathalie et moi pendant la pause, notamment de la résilliance du peuple vietnamien et de la menace de l’envahissement chinois qui plane sans cesse sur le Vietnam ; il disait:

-" Il n’y a jamais que des perdants dans les guerres, quelles qu’elles soient, pas de gagnants. Le but du mémorial est de s’en souvenir, d’éviter que ça se reproduise, ici ou ailleurs… "

Quelques photos du temple mémorial de Ben Duoc...

Quelques photos du temple mémorial de Ben Duoc...

Le temple est bordé de jardins d'eau et de massif de fleurs.

Le temple est bordé de jardins d'eau et de massif de fleurs.

Derrière et autour de "l'Oncle Ho"  (c'est ainsi que les révolutionnaires appelaient affectueusement Ho Chi Minh, le père de la révolution Vietnamienne), sur les murs sont gravés les noms des femmes, des enfants et des hommes tombés ici à Ben Duoc, pendant la guerre.

Derrière et autour de "l'Oncle Ho" (c'est ainsi que les révolutionnaires appelaient affectueusement Ho Chi Minh, le père de la révolution Vietnamienne), sur les murs sont gravés les noms des femmes, des enfants et des hommes tombés ici à Ben Duoc, pendant la guerre.

Commenter cet article

Mon Oncle Lucien 23/02/2013 10:26

Quelles belles leçons d'histoire et d'humanité. Merci de nous faire partager vos découvertes. Au plaisir de vous lire de nouveau. Merci merci etencore merci.

Annie 23/02/2013 10:26

Votre blogue est super, la petite tribu! J'attends dans la salle sans rendez-vous de la clinique 3000 pour voir dr Soldevila. Je lui en glisserai un mot!!!

Lili-Marlene 23/02/2013 10:26

Est-ce que les visites sont toutes en anglais, ou le français est encore de mise?

rené 10/02/2013 17:00

Bonjour à tous,je verifieau moins 5à 6 fois par jours sur votre blog pour voirles nouvelles,mais ce qui est beaucoup mieux c'est de vous parler sur Skype, au fait Mlanie va peut'être venir nous rejoindre pour la semaine de relache