Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rajasthan II

Publié par Nathalie sur 6 Juin 2013

Rajasthan II

Jaisalmer :

Le Lonely Planet décrit en ces termes cette très jolie forteresse au milieu du désert : « Aucun lieu n’évoque aussi bien le mystère du désert et l’exotisme des routes marchandes parcourues de caravanes de dromadaires que le fort de Jaisalmer. Ce gigantesque château doré s’élevant au-dessus des plaines sableuses, tel un mirage des temps passés est à couper le souffle. Quatre-vingt-dix-neuf bastions encerclent ses rues sinueuses encore habitées. » Et c’est un de ces charmes, à cette forteresse. Le Maharaja de la place, homme avisé, a cédé la forteresse aux familles qui l’habitent, sous condition qu’ils en assurent l’entretien et en protègent le patrimoine. La forteresse, bâtie sur du sable, s’est affaissée d’un côté il y a quelques années, car les canalisations (vieilles de quelques centaines d’années) n’étaient pas adaptées à l’usage qu’on en fait aujourd’hui!!! Pendant notre passage, nous avons pu voir des artisans à l’œuvre, en train de restaurer les bastions affaissés, selon les manières ancestrales, question de préserver le caractère unique de l’endroit. Les gens qui habitent l’enceinte sont charmants. Outre les rabatteurs qui nous harcèlent près des portes principales, à l’intérieur des murs, on est transporté ailleurs. Le sourire chaleureux, l’hospitalité invitante, nous avons été conquis. Entrées dans une boutique pour nous procurer quelques sarees, nous avons goûté de cet accueil généreux dépourvu de la pression que nous avons parfois ressentie ailleurs. Le mari de la propriétaire de la boutique m’a même offert un tour de moto à travers les allées étroites de la forteresse pour m’amener au guichet bancaire situé à l’extérieur des murs.

Rajasthan II
Rajasthan II
Rajasthan II
Rajasthan II
Rajasthan II
Rajasthan II

Jodhpur :

Ici, ce sont les épices qui sont à l’honneur. Le meilleur endroit pour s’en procurer selon notre chauffeur et c’est aussi l’avis du Lonely Planet. Nous n’en avons pas acheté! Vilains touristes que nous sommes. Nous n’avons pas non plus acheté de bijoux dans cette autre ville réputée pour ses pierres précieuses… Si nous avions écouté les conseils de notre chauffeur, nous n’aurions plus un sou en poche! Les bonnes affaires et les aubaines pullulent dans la région. Vous voilà informé : s’il vous arrive de voyager un jour… dans le désert… (A. de St-E)… du Rajasthan… apportez toutes vos économies pour pouvoir acheter tout ce que vous désirez!

La forteresse, ici aussi, est très jolie. Comme les autres, elle est ornée de magnifiques fenêtres de dentelles. Dentelles de marbre, faut-il le préciser.
La forteresse, ici aussi, est très jolie. Comme les autres, elle est ornée de magnifiques fenêtres de dentelles. Dentelles de marbre, faut-il le préciser.
La forteresse, ici aussi, est très jolie. Comme les autres, elle est ornée de magnifiques fenêtres de dentelles. Dentelles de marbre, faut-il le préciser.
La forteresse, ici aussi, est très jolie. Comme les autres, elle est ornée de magnifiques fenêtres de dentelles. Dentelles de marbre, faut-il le préciser.
La forteresse, ici aussi, est très jolie. Comme les autres, elle est ornée de magnifiques fenêtres de dentelles. Dentelles de marbre, faut-il le préciser.
La forteresse, ici aussi, est très jolie. Comme les autres, elle est ornée de magnifiques fenêtres de dentelles. Dentelles de marbre, faut-il le préciser.

La forteresse, ici aussi, est très jolie. Comme les autres, elle est ornée de magnifiques fenêtres de dentelles. Dentelles de marbre, faut-il le préciser.

Rajasthan II

Gentilles attentions pour permettre aux nombreuses femmes des Maharajas de voir sans être vues. Cette tradition, importée par les envahisseurs moghols, venus de Perse, est dictée par les pratiques musulmanes de ces contrées. Mais ici, royaume hindou, on s’explique mal comment on en est arrivé là. Pour tout vous dire, les palais, les forteresses, les havelis, sont tous construits sous ces préceptes : une première cour pour le roi, les hommes, et une autre, à l’abri des regards, où les femmes sont confinées. Si elles avaient à sortir, elles devaient être invisibles. Détails étonnants de cette forteresse : l’immense porte principale, au bout d’une allée plutôt étroite qui gravit la colline, est anti charge d’éléphant. En effet, elle est située sur la paroi droite de l’allée, ce qui forçait les éléphants à tourner à 90°, ça ralentie la force de frappe disons. Mais le plus terrible : d’immenses pointes qui sortent de ladite porte, à la hauteur de la tête d’un éléphant! Une si gentille bête… Je suis une âme trop sensible, les machines de guerre, ça ne me fait pas!

Après avoir visité Jodhpur, nous sommes allés dans une de ses banlieues lointaines, dans une « guesthouse » dont j’avais lu beaucoup de bien.
Après avoir visité Jodhpur, nous sommes allés dans une de ses banlieues lointaines, dans une « guesthouse » dont j’avais lu beaucoup de bien.

Après avoir visité Jodhpur, nous sommes allés dans une de ses banlieues lointaines, dans une « guesthouse » dont j’avais lu beaucoup de bien.

Rajasthan II

Un tout inclus, dans des huttes traditionnelles pour s’immerger dans la culture locale… Le cauchemar. Au milieu de nulle part, où personne ne parle anglais, on ne nous offre aucun rafraîchissement, alors qu’il fait une chaleur torride. Il n’y a que des femmes, beaucoup de femmes. Plus la soirée avance, plus il y en a. On finit par apprendre que c’est pour un mariage. On s’imagine alors une grande fête, alors on va se changer pour faire honneur à nos hôtes. Mais le repas est très frugal. Je sens qu’on va avoir faim avant longtemps, car il n’y a rien aux environs pour nous dépanner. Les femmes pétrissent de la pâte, assises au centre de la cour. Je me joins à elles. Pendant ce temps, on met des bébés dans les bras de Richard, on prend des photos avec lui. Moi, j’essaie tant bien que mal de maîtriser la technique pour rouler les chapatis. Mais peu à peu, autour de nous, l’ambiance est étrange. Depuis le début, nous sommes le centre de l’attention, mais quelque chose de différent se passe maintenant. Et je suis de plus en plus mal à l’aise. Les femmes près de moi s’amusent ferme. Mais j’ai l’impression d’être la risée. J’ai beau tenter de clarifier la situation, je ne trouve plus de regard franc. Pas agréable du tout. Finalement, on réussit à s’éclipser. Nous ne sommes pas certains, mais je crois qu’on faisait un simulacre de mariage entre moi et une autre femme, et pendant ce temps, une autre semblait vouloir nous confier son enfant… On dira ce qu’on voudra, mais la barrière des langues n’est peut être pas un problème pour voyager, mais pour échanger plus en profondeur, ce n’est pas toujours évident, car d’autres barrières s’ajoutent à la communication… Pour ce qui est du mariage, c’est un des fils de la maison, qui s’est marié et qui arrivait, cette nuit-là, avec sa nouvelle épouse. La nuit fût à la fête pour tout le village, mais nous sommes restés sagement dans nos huttes, effarouchés par notre soirée d’immersion!

Rajasthan II
Rajasthan II
Rajasthan II

Commenter cet article